En 2016, S&P prévoit une croissance de 1,5%. Alors que les prix de l'immobilier ont enregistré des reculs assez sensibles depuis le début de la crise financière, la croissance s'est poursuivie d'année en année dans notre pays. Seules l'Allemagne et la Grande-Bretagne ainsi que la Suisse ont également affiché des hausses durant cette période. Selon l'agence de notation, notre marché est entré dans une phase de ralentissement de la hausse des prix. En cause : les prix déjà élevés qui rendent l'acquisition plus difficile et la fin de différents incitants fiscaux. Toutefois, S&P ne prévoit pas d'effondrement des prix, arguant notamment de la bonne tenue de notre économie, du faible endettement des ménages (les actifs de ceux-ci n'ont jamais été aussi élevés) et de taux d'intérêt à des niveaux plancher. Pour S&P, le prêt moyen pour une maison n'a jamais dépassé la barre de 82% en moyenne dans notre pays, preuve que la "fortune" des ménages leur permet d'acquérir un bien immobilier sans être trop dépendant du niveau des taux d'intérêt et malgré des conditions d'octroi de prêts rendues plus strictes. (Belga)

En 2016, S&P prévoit une croissance de 1,5%. Alors que les prix de l'immobilier ont enregistré des reculs assez sensibles depuis le début de la crise financière, la croissance s'est poursuivie d'année en année dans notre pays. Seules l'Allemagne et la Grande-Bretagne ainsi que la Suisse ont également affiché des hausses durant cette période. Selon l'agence de notation, notre marché est entré dans une phase de ralentissement de la hausse des prix. En cause : les prix déjà élevés qui rendent l'acquisition plus difficile et la fin de différents incitants fiscaux. Toutefois, S&P ne prévoit pas d'effondrement des prix, arguant notamment de la bonne tenue de notre économie, du faible endettement des ménages (les actifs de ceux-ci n'ont jamais été aussi élevés) et de taux d'intérêt à des niveaux plancher. Pour S&P, le prêt moyen pour une maison n'a jamais dépassé la barre de 82% en moyenne dans notre pays, preuve que la "fortune" des ménages leur permet d'acquérir un bien immobilier sans être trop dépendant du niveau des taux d'intérêt et malgré des conditions d'octroi de prêts rendues plus strictes. (Belga)