Plus de 100.000 familles belges sont propriétaires d'une résidence secondaire en France. Ces dernières vont être taxées suite au dernier projet de loi de finances rectificative française. C'est dans ce cadre que le gouvernement français a déposé un amendement qui a créé deux nouvelles taxes immobilières. La première est une "taxe d'habitation" que les propriétaires d'une résidence secondaire devront payer dès l'année 2013. La seconde mesure s'applique à la vente d'une résidence secondaire. Le projet de loi de finances rectificative propose la création de surtaxes pour les grosses plus-values issues de la vente de biens immobiliers hors résidence principale. À compter de 2014, la fraction de la plus-value comprise entre 100.000 euros et 150.000 euros sera soumise à une surtaxe de 3 %, qui viendra en plus de l'imposition habituelle de 19 % et des 15,5 % de prélèvements sociaux. La fraction supérieure à 150 000 euros subira, elle, une surtaxe de 5 %. Dans ce cas, la ponction totale frôlera les 40 %. Le gouvernement français s'attend à récolter 240 millions avec cette nouvelle taxe. (VALERY HACHE)

Plus de 100.000 familles belges sont propriétaires d'une résidence secondaire en France. Ces dernières vont être taxées suite au dernier projet de loi de finances rectificative française. C'est dans ce cadre que le gouvernement français a déposé un amendement qui a créé deux nouvelles taxes immobilières. La première est une "taxe d'habitation" que les propriétaires d'une résidence secondaire devront payer dès l'année 2013. La seconde mesure s'applique à la vente d'une résidence secondaire. Le projet de loi de finances rectificative propose la création de surtaxes pour les grosses plus-values issues de la vente de biens immobiliers hors résidence principale. À compter de 2014, la fraction de la plus-value comprise entre 100.000 euros et 150.000 euros sera soumise à une surtaxe de 3 %, qui viendra en plus de l'imposition habituelle de 19 % et des 15,5 % de prélèvements sociaux. La fraction supérieure à 150 000 euros subira, elle, une surtaxe de 5 %. Dans ce cas, la ponction totale frôlera les 40 %. Le gouvernement français s'attend à récolter 240 millions avec cette nouvelle taxe. (VALERY HACHE)