Selon les résultats de l'étude, 90% des travailleurs flamands sont ouverts au changement contre 81% seulement des travailleurs wallons. Les travailleurs ne sont donc en principe pas réticents face aux changements au sein de leur organisation. En effet, 71 % des travailleurs belges estiment que les changements sont nécessaires. 67% d'entre eux ont confiance dans la bonne issue de ces derniers et, 66% sont même convaincus que les changements au sein de leur organisation se traduiront par des améliorations. Ici aussi, la différence entre travailleurs flamands, bruxellois et wallons se fait sentir. Ces derniers ont moins confiance dans la bonne issue des changements que leurs homologues des deux autres Régions (60% contre 69%). Les Wallons sont également moins convaincus que les changements amélioreront leur travail. Par ailleurs, l'étude, menée en collaboration avec la KULeuven, montre que les plus de 50 ans sont aussi ouverts que les jeunes travailleurs. L'âge apparaît ainsi comme un mauvais argument pour justifier le licenciement des plus de 50 ans. (Belga)