Au moyen du mécanisme de coopération en matière de protection des consommateurs prévu par la réglementation de l'Union, Apple, Google et les associations professionnelles ont été invités à apporter des solutions . La mise en oeuvre des changements est en cours et sera achevée d'ici la fin septembre 2014. Il s'agit notamment de ne pas utiliser le mot gratuit lorsque les jeux intègrent des achats d'applications, d'élaborer des lignes directrices ciblées pour les créateurs d'applications afin d'empêcher les incitations directement adressées aux enfants, telles que définies par la législation de l'Union, et d'adopter un calendrier de mesures visant à contrôler les cas apparents de violation du droit européen de la consommation. Google a également adapté ses paramètres par défaut, de sorte que les paiements soient autorisés avant chaque achat d'application intégrée dans un jeu, sauf si le consommateur choisit de modifier ces paramètres. Apple n'a proposé aucune solution à ce jour pour traiter les craintes liées, en particulier, à l'autorisation de paiement. Aucun engagement ferme n'a été pris et aucun délai n'a été fixé en ce qui concerne la mise en oeuvre de ces éventuelles modifications futures. (Belga)