"Les bons d'Etat sont un moyen de diversifier le financement de l'Etat. Ce résultat n'est pas une surprise", a déclaré le responsable back office à l'Agence de la dette, Philippe Lepoutre. Ce montant s'explique notamment par le très faible niveau des taux d'intérêts offerts. En effet, les bons d'Etat à cinq ans et huit ans proposés au public offrent des taux brut annuels de 0,75% et 1,50%, soit respectivement 0,56% et 1,13% net après application du précompte mobilier de 25%. Actuellement, l'obligation de l'Etat est donc à peine plus intéressante qu'un compte d'épargne traditionnel. Le succès fulgurant des bons d'Etat à l'époque "Leterme" est loin derrière. "C'est une exception historique. A cette époque, le taux d'intérêt à cinq ans était significativement plus élevé", a expliqué Lepoutre. "Tant que les taux d'intérêt restent à leur niveau actuel, les bons d'Etat ne seront pas très attractifs. Mais le programme d'émission continuera de fonctionner conformément au plan." (Belga)