Le constat semble clair : au vu des résultats de l'enquête lancée en ligne au printemps 2019, et reprise dans le 3e Observatoire "Les Belges et leur pension" de CBC & Assurance, les Belges ne prépareraient pas assez leur retraite, malgré une sensibilisation à la problématique. Les Belges interrogés ne semblent pas suffisamment mesurer les enjeux et se font de fausses idées sur la pension. Enfin, ils regrettent globalement de ne pas être assez bien informés.

80% des interrogés estiment être insuffisamment informés du mécanisme des pensions et 73% ignorent que la pension comporte trois piliers (légale, complémentaire et épargne-pension). 40% d'entre eux ne connaissent pas non plus le montant de leur pension légale. 33% des sondés pensent que cette dernière a diminué au cours de ces dix dernières années et la moitié pensent qu'elle va encore diminuer, voire disparaître au cours des prochaines années. Alors que ce n'est pas le cas.

Travailler jusque 67 ans "inquiète"

50% jugent de manière inquiétante la perspective de travailler jusque 67 ans (pension légale en 2030). Pour eux, "c'est trop tard". Pour 30% des sondés, ce sont surtout la pénibilité et la durée de la carrière qui comptent plus que l'âge légal du départ à la retraite.

61% des Belges pensent que le retraite est prise après 60 ans. C'est souvent le cas dans le secteur privé, mais c'est loin de l'être pour l'ensemble des travailleurs.

Le débat sur la réforme des retraites n'a pas échappé aux oreilles des Belges. 79% ont entendu parler de la pension à 67% et 2 sur 3 ont entendu parler de la pénibilité de certains métiers.

Enfin, la majorité des Belges sous-estime l'espérance de vie après la pension, entre 10 et 15 ans. Avec cette perception, plusieurs Belges ne mesurent pas les ressources dont ils auront besoin (en plus de la pension légale) pour mener la vie qu'ils auraient espérée.

À cause du manque d'information, conjugué à une mauvaise perception des enjeux, le Belge avoue ne pas être suffisamment préparé à la pension, même si une majorité estime qu'il est nécessaire d'épargner déjà avant 35 ans. 64% estiment tout de même manquer de moyens pour le faire.