De nombreux vacanciers belges prendront encore la route de la France durant ces vacances d'été. Il est toutefois utile de savoir que nos voisins français ne plaisantent pas avec les appareils de détection de radars. Qu'ils se trouvent sur un GPS ou un smartphone ne change rien : les détecteurs de radars sont des appareils interdits. Le code de la route français prévoit une amende de 1.500 euros, une suspension du permis pouvant aller jusqu'à trois ans, la saisie du matériel voire même du véhicule en cas de possession d'un détecteur de radar. Tous les moyens électroniques embarqués sont concernés par cette interdiction. Et il ne suffit pas de désactiver cette fonction pour éviter l'amende. Elle doit être enlevée des appareils. Tant chez Touring qu'au VAB, on insiste sur cette précaution à prendre. En outre, explique Danny Smagghe (Touring), la plupart des appareils de détection ne donnent pas d'indications précises quant aux radars mobiles, de plus en plus nombreux. Au mieux permettent-ils de connaître les zones à risque. Les deux organismes tiennent aussi à mettre en garde les conducteurs pressés, les contrôles de vitesse sont fréquents sur les routes secondaires également. Enfin, en ce qui concerne l'éthylotest, la mesure a été assouplie. Il y a quelques mois encore, chaque conducteur circulant sur les routes françaises devait en disposer de deux dans son véhicule. Il risquait une amende de 11 euros en cas d'absence de cet éthylotest. Depuis le 1er mars dernier, le code de la route n'oblige plus le conducteur à disposer d'un éthylotest. En tout cas, la loi ne punit plus l'oubli d'une amende. Il est toutefois conseillé d'en acheter avant de partir, l'éthylotest étant moins cher chez nous que chez nos voisins. (Belga)