Les indices des directeurs d'achat, parfois désignés sous le sigle PMI ou avec l'expression "indice PMI " (en anglais : purchasing managers index), sont les éléments les plus importants du baromètre économique. Ils évaluent le sentiment économique des entreprises au moyen d'enquêtes à grande échelle et prennent ainsi la température du secteur.

Cette semaine, les premiers chiffres du PMI depuis le début de la guerre en Ukraine sont disponibles. Ce qui permet d'avoir une idée de la mesure dans laquelle le conflit a freiné l'activité des entreprises. Le mois dernier, les indices PMI indiquaient encore une expansion économique, grâce en partie à la disparition de Covid. Cette semaine montrera si cette reprise a été entamée.

A très court terme, il n'y a pas de lien direct entre les PMI et le marché boursier. Les mauvais ou les bons chiffres du PMI ne provoquent pas l'effondrement ou l'envolée du marché boursier, mais leurs tendances sont liées. La persistance de mauvais chiffres PMI se traduira tôt ou tard par une baisse des cours boursiers et vice versa.

L'or à 2 500 dollars ?

Tout comme les indices PMI sont un indicateur du sentiment économique, l'or est un indicateur de la peur et de l'incertitude. À en juger par les performances de l'or en tant qu'investissement, les deux émotions sont bien présentes sur les marchés financiers. Le mois dernier, après les matières premières, l'or a enregistré le rendement mensuel le plus élevé, soit 6 %. Les matières premières ont fait encore mieux avec 8 %.

., Getty
. © Getty

À l'approche de la guerre en Ukraine, l'incertitude croissante provoquait déjà la fièvre aurifère, le prix de l'or passant de 1 785 à 1 898 dollars l'once. Depuis l'invasion, le prix a culminé à environ 2 044 USD, puis est retombé à 1 922 USD.

On s'habitue à tout, y compris malheureusement à la guerre, et la question est donc de savoir si le prix de l'or va encore chuter pour atteindre les niveaux observés avant l'invasion russe. L'or se comporte souvent bien en période d'incertitude extrême, mais dès que celle-ci s'estompe, le métal précieux ne surpasse pas la moyenne du marché.

Les analystes de la banque d'investissement Goldman Sachs ne voient pas venir l'effondrement des prix. La banque a récemment publié un rapport dans lequel elle a relevé ses prévisions concernant le prix de l'or à 2 500 dollars l'once au cours des 12 prochains mois.

Vers un nouveau cycle de hausse des taux d'intérêt

Pour eux, cette hausse des prix n'est pas tant due à l'incertitude persistante qu'à l'augmentation des trois principaux moteurs de la demande d'or. Les analystes de la grande banque voient de plus en plus de particuliers acheter le métal précieux, notamment en Asie. En outre, le conflit en Ukraine a accéléré le flux de capitaux vers les ETF or, qui, selon les analystes de Goldman Sachs, ne ralentira pas immédiatement.

Enfin, ils s'attendent à ce que les banques centrales augmentent les stocks d'or mondiaux. Avec l'incertitude géopolitique croissante, de plus en plus de pays voudront diversifier leurs réserves et l'or est un moyen d'y parvenir. Le gel des réserves de change de la Russie joue un rôle dans la dynamique de diversification des autres pays qu'il ne faut pas sous-estimer. La Russie a été coupée du jour au lendemain de tous ses dollars, euros et autres devises étrangères et n'a accès qu'à l'or qui se trouve dans les coffres de la banque centrale russe. D'autres pays qui voient le moindre risque que la même chose leur arrive - notamment si la Chine commence à lorgner sur Taïwan de manière de plus en plus explicite - voudront donc répartir davantage leurs réserves sur, entre autres, l'or.

En outre, les analystes de Goldman soulignent que l'or se comporte généralement bien dans les périodes où les banques centrales augmentent les taux d'intérêt. Comme beaucoup pensent que nous sommes à la veille d'un nouveau cycle de hausse des taux d'intérêt, c'est un élément à prendre en compte.

Les indices des directeurs d'achat, parfois désignés sous le sigle PMI ou avec l'expression "indice PMI " (en anglais : purchasing managers index), sont les éléments les plus importants du baromètre économique. Ils évaluent le sentiment économique des entreprises au moyen d'enquêtes à grande échelle et prennent ainsi la température du secteur. Cette semaine, les premiers chiffres du PMI depuis le début de la guerre en Ukraine sont disponibles. Ce qui permet d'avoir une idée de la mesure dans laquelle le conflit a freiné l'activité des entreprises. Le mois dernier, les indices PMI indiquaient encore une expansion économique, grâce en partie à la disparition de Covid. Cette semaine montrera si cette reprise a été entamée.A très court terme, il n'y a pas de lien direct entre les PMI et le marché boursier. Les mauvais ou les bons chiffres du PMI ne provoquent pas l'effondrement ou l'envolée du marché boursier, mais leurs tendances sont liées. La persistance de mauvais chiffres PMI se traduira tôt ou tard par une baisse des cours boursiers et vice versa.Tout comme les indices PMI sont un indicateur du sentiment économique, l'or est un indicateur de la peur et de l'incertitude. À en juger par les performances de l'or en tant qu'investissement, les deux émotions sont bien présentes sur les marchés financiers. Le mois dernier, après les matières premières, l'or a enregistré le rendement mensuel le plus élevé, soit 6 %. Les matières premières ont fait encore mieux avec 8 %.À l'approche de la guerre en Ukraine, l'incertitude croissante provoquait déjà la fièvre aurifère, le prix de l'or passant de 1 785 à 1 898 dollars l'once. Depuis l'invasion, le prix a culminé à environ 2 044 USD, puis est retombé à 1 922 USD. On s'habitue à tout, y compris malheureusement à la guerre, et la question est donc de savoir si le prix de l'or va encore chuter pour atteindre les niveaux observés avant l'invasion russe. L'or se comporte souvent bien en période d'incertitude extrême, mais dès que celle-ci s'estompe, le métal précieux ne surpasse pas la moyenne du marché.Les analystes de la banque d'investissement Goldman Sachs ne voient pas venir l'effondrement des prix. La banque a récemment publié un rapport dans lequel elle a relevé ses prévisions concernant le prix de l'or à 2 500 dollars l'once au cours des 12 prochains mois.Pour eux, cette hausse des prix n'est pas tant due à l'incertitude persistante qu'à l'augmentation des trois principaux moteurs de la demande d'or. Les analystes de la grande banque voient de plus en plus de particuliers acheter le métal précieux, notamment en Asie. En outre, le conflit en Ukraine a accéléré le flux de capitaux vers les ETF or, qui, selon les analystes de Goldman Sachs, ne ralentira pas immédiatement.Enfin, ils s'attendent à ce que les banques centrales augmentent les stocks d'or mondiaux. Avec l'incertitude géopolitique croissante, de plus en plus de pays voudront diversifier leurs réserves et l'or est un moyen d'y parvenir. Le gel des réserves de change de la Russie joue un rôle dans la dynamique de diversification des autres pays qu'il ne faut pas sous-estimer. La Russie a été coupée du jour au lendemain de tous ses dollars, euros et autres devises étrangères et n'a accès qu'à l'or qui se trouve dans les coffres de la banque centrale russe. D'autres pays qui voient le moindre risque que la même chose leur arrive - notamment si la Chine commence à lorgner sur Taïwan de manière de plus en plus explicite - voudront donc répartir davantage leurs réserves sur, entre autres, l'or.En outre, les analystes de Goldman soulignent que l'or se comporte généralement bien dans les périodes où les banques centrales augmentent les taux d'intérêt. Comme beaucoup pensent que nous sommes à la veille d'un nouveau cycle de hausse des taux d'intérêt, c'est un élément à prendre en compte.