Parmi ces personnes devant travailler chez elles, 49% le font de temps en temps et 18% souvent. Pour les cadres et managers, le chiffre explose, grimpant à 80%. Afin de favoriser le travail à la maison, près de la moitié des entreprises européennes ont équipé ou projettent d'équiper leur personnel avec une connexion internet. En Belgique, le taux d'équipement n'est encore "que" de 28% alors qu'en Suède, cela grimpe à 94%. Si le niveau de salaire (40%) est la principale préoccupation professionnelle des salariés européens, le maintien de l'emploi (38%) et le temps de travail global (22%) sont également cités dans l'enquête. Il existe des disparités entre pays. Il ressort que le travailleur belge est plus préoccupé par le maintien de l'emploi que par son salaire. Même dans les pays où la croissance est positive, les salariés sont peu nombreux à estimer qu'il leur serait facile de retrouver un emploi en cas de perte de leur emploi actuel (47% en Belgique). Enfin, d'une manière générale, huit salariés sur dix se disent heureux (souvent ou de temps en temps) de leur temps de travail. (Belga)