Plus de 150 fonds d'actions qui se présentent comme "vert foncé", autrement dit les plus durables en Belgique investissent également dans des entreprises polluantes. C'est ce que révèle une enquête menée auprès de journalistes de neuf pays européens, à laquelle De Tijd a collaboré, écrit le journal.

De plus en plus de Belges investissent dans des fonds "vert foncé", qui promettent de ne pas investir dans des entreprises qui portent un préjudice "significatif" aux personnes et à l'environnement. En Belgique, 16,8 milliards d'euros sont déjà investis dans ces fonds, soit 7 % des actifs des Belges dans des fonds.

Un groupe de journalistes européens a passé au crible 838 de ces fonds durables proposés en Europe et a passé en revue leurs plus de 130 000 investissements. Conclusions : près de la moitié (388) investissent dans une ou plusieurs entreprises actives dans le domaine des combustibles fossiles ou de l'aviation.

Des entreprises actives dans le charbon

Parmi ceux-ci, 155 fonds sont également proposés sur le marché belge. Celles-ci investissent dans 582 entreprises de combustibles fossiles, représentant ensemble un montant investi de 3,6 milliards d'euros. Dans 108 fonds, 1,9 milliard d'euros ont même été investis dans des entreprises également actives dans le charbon. Dans les portefeuilles des fonds, les journalistes ont également trouvé huit des vingt entreprises les plus polluantes du monde. ADC

Le régulateur belge FSMA reconnaît que les règles et contrôles européens sur les fonds vert foncé sont inadéquats. "En tant que régulateur belge, nous allons vérifier cela, mais nous n'avons pas encore les outils pour le faire", a déclaré Jean-Paul Servais, président de la FSMA. Il reproche à la Commission européenne d'avoir déjà introduit le système de fonds vert foncé alors que les définitions européennes de l'ISR ne sont pas encore au point.

Plus de 150 fonds d'actions qui se présentent comme "vert foncé", autrement dit les plus durables en Belgique investissent également dans des entreprises polluantes. C'est ce que révèle une enquête menée auprès de journalistes de neuf pays européens, à laquelle De Tijd a collaboré, écrit le journal. De plus en plus de Belges investissent dans des fonds "vert foncé", qui promettent de ne pas investir dans des entreprises qui portent un préjudice "significatif" aux personnes et à l'environnement. En Belgique, 16,8 milliards d'euros sont déjà investis dans ces fonds, soit 7 % des actifs des Belges dans des fonds. Un groupe de journalistes européens a passé au crible 838 de ces fonds durables proposés en Europe et a passé en revue leurs plus de 130 000 investissements. Conclusions : près de la moitié (388) investissent dans une ou plusieurs entreprises actives dans le domaine des combustibles fossiles ou de l'aviation. Parmi ceux-ci, 155 fonds sont également proposés sur le marché belge. Celles-ci investissent dans 582 entreprises de combustibles fossiles, représentant ensemble un montant investi de 3,6 milliards d'euros. Dans 108 fonds, 1,9 milliard d'euros ont même été investis dans des entreprises également actives dans le charbon. Dans les portefeuilles des fonds, les journalistes ont également trouvé huit des vingt entreprises les plus polluantes du monde. ADCLe régulateur belge FSMA reconnaît que les règles et contrôles européens sur les fonds vert foncé sont inadéquats. "En tant que régulateur belge, nous allons vérifier cela, mais nous n'avons pas encore les outils pour le faire", a déclaré Jean-Paul Servais, président de la FSMA. Il reproche à la Commission européenne d'avoir déjà introduit le système de fonds vert foncé alors que les définitions européennes de l'ISR ne sont pas encore au point.