Selon la Secrétaire d'État, " la dégressivité accrue de l'assurance chômage ne serait susceptible d'avoir un impact sur le budget des CPAS qu'après novembre 2014. " Lors des discussions budgétaires, il a été tenu compte de la compensation de ces coûts supplémentaires. D'ailleurs, elle " examine à présent de quelle façon ces moyens peuvent retourner vers les CPAS. " Et d'ajouter que " les CPAS ont acquis une expérience dans la (ré)intégration de personnes inactives. Leurs efforts doivent dès lors être récompensés budgétairement, ce qui explique pourquoi le gouvernement a prévu cette compensation dans son accord de gouvernement. " Et quelle réponse apporter à ceux qui considèrent que la dégressivité des allocations de chômage ne fera que transférer les problèmes de l'Onem vers les CPAS ? En fait, explique la secrétaire d'État, " je ne perçois pas le soutien que des personnes demandent à un CPAS comme un problème, mais plutôt comme une opportunité de faire partie intégrante de la société. " (Belga)

Selon la Secrétaire d'État, " la dégressivité accrue de l'assurance chômage ne serait susceptible d'avoir un impact sur le budget des CPAS qu'après novembre 2014. " Lors des discussions budgétaires, il a été tenu compte de la compensation de ces coûts supplémentaires. D'ailleurs, elle " examine à présent de quelle façon ces moyens peuvent retourner vers les CPAS. " Et d'ajouter que " les CPAS ont acquis une expérience dans la (ré)intégration de personnes inactives. Leurs efforts doivent dès lors être récompensés budgétairement, ce qui explique pourquoi le gouvernement a prévu cette compensation dans son accord de gouvernement. " Et quelle réponse apporter à ceux qui considèrent que la dégressivité des allocations de chômage ne fera que transférer les problèmes de l'Onem vers les CPAS ? En fait, explique la secrétaire d'État, " je ne perçois pas le soutien que des personnes demandent à un CPAS comme un problème, mais plutôt comme une opportunité de faire partie intégrante de la société. " (Belga)