La classe de fonds exposée sur les actions internationales de croissance est particulièrement bien fournie, avec plus de 250 compartiments commercialisés sur le marché belge. Ils constituent une alternative attractive pour s'exposer sur les marchés boursiers en offrant la possibilité d'être diversifié sur un grand nombre de sociétés dans l'ensemble des grandes régions. Les 10 meilleurs fonds disponibles sur le marché belge présentent la particularité d'être relativement concentrés, avec un nombre de positions qui oscille entre 25 et 70 ; et d'avoir dégagé une performance annualisée supérieure à 10% durant les cinq dernières années.

La capitalisation moyenne des différentes lignes aura tendance à varier fortement, entre 13 milliards d'euros pour le fonds Treetop Global Conviction jusqu'à plus de 130 milliards d'euros pour Echiquier World Equity Growth. De même, les stratégies des différents fonds seront très diverses, avec seulement quelques noms qui reviennent régulièrement parmi les 10 premières positions. Sans trop de surprise, ce sont des sociétés telles qu'Alphabet, Microsoft, Alibaba, Amazon, Adobe ou Unilever qui apparaissent le plus souvent dans les principales positions des fonds.

La principale caractéristique de ces différents produits est la diversité d'approches par lesquelles les gestionnaires parviennent à dégager une performance attractive sur le long terme.

Label Gore

Sur une période de cinq ans, Lombard Odier-Generation Global affiche la meilleure performance, avec une progression annualisée proche de 16%. Le fonds est géré par la boutique Generation Investment Management, un groupe créé (notamment) par l'ancien vice-président américain Al Gore en 2004 avec une ambition éthique dans la stratégie d'investissement. Les actifs sous gestion de Generation IM dépassent les 22 milliards de dollars.

Mark Ferguson et Miguel Nogales gèrent le fonds depuis 2009 et figurent également dans le haut du classement sur toutes les échéances, avec une stratégie qui a privilégié les Etats-Unis durant les cinq dernières années. " L'objectif est de trouver des sociétés soutenables qui vont être au coeur des besoins futurs de nos sociétés, disent-ils. Si les équipes dirigeantes sont à la hauteur et adoptent une stratégie à long terme, nous pensons que ces entreprises devraient être en mesure de dégager des performances boursières supérieures. "

Option technologique

Le trio de tête sur cinq ans est complété par un duo de fonds d'origine française qui ont dégagé des performances annualisées de 12,8%, et dont nous avons souvent parlé dans nos chroniques.

Echiquier World Equity Growth est géré par David Ross et Rolando Grandi, avec une stratégie qui va privilégier les grandes valeurs de croissance au niveau mondial, et notamment le secteur technologique américain. Ceci se traduit par une capitalisation moyenne extrêmement élevée des différentes positions du portefeuille. Rolando Grandi est d'ailleurs également à la tête du fonds Echiquier Artificial Intelligence.

Une constante dans la gestion du fonds est la forte conviction sur Amazon. " Il s'agit d'une des forces commerciales les plus disruptives de l'histoire et cette entreprise constitue une mégatendance à part entière, explique David Ross. L'entreprise continue d'afficher une croissance supérieure à 20%. " Durant la seconde partie de l'année 2018, les gestionnaires ont également profité de la correction sur les cours chinois pour constituer une position importante sur Alibaba. Les deux géants de l'e-commerce représentaient 15% des encours à la fin septembre.

Origine française

Comgest Growth World a pour sa part gagné le récent Morningstar Award pour les fonds investis globalement sur les marchés boursiers, avec une stratégie concentrée sur une trentaine de positions. Comme tous les fonds proposés par le gestionnaire parisien Comgest, la philosophie d'investissement va privilégier les sociétés leaders sur leur secteur, avec un horizon d'investissement à très long terme caractérisé par un turnover annuel qui tournera typiquement autour de 30% des actifs sous gestion.

Les gestionnaires sont également très attentifs au niveau des valorisations et le fonds de Comgest n'est ainsi pratiquement plus investi sur le secteur technologique américain (à l'exception d'Oracle). " Notre stratégie n'investit que dans des sociétés où les fonds régionaux sont déjà exposés et le portefeuille sera composé uniquement des meilleures idées ", indique Laure Négiar, la gestionnaire du fonds. La composition a ainsi pivoté ces 12 derniers mois vers des titres valorisés de manière plus attractive, notamment sur le secteur de soins de santé (Johnson & Johnson, Eli Lilly, Becton Dickinson, Medtronic).

Nouveau prétendant

Enfin, TreeTop Global Conviction pourrait venir chambouler la hiérarchie d'ici quelques trimestres avec une progression de 33,8% depuis le début 2019, ce qui constitue la meilleure performance dégagée par ce groupe de produits. Sur les trois dernières années, le fonds proposé par TreeTop AM se trouve désormais en deuxième position derrière le celui de Lombard Odier. La volatilité est toutefois plus importante que dans les autres produits, ce qui justifie une notation Morningstar qui atteint seulement trois étoiles... pour le moment.

Le produit est géré depuis Edimbourg, en Ecosse, par Andrew Dalrymple, qui gère un fonds similaire chez Aubrey Capital Management depuis 2007. " Nous privilégions les valeurs de croissance avec un portefeuille qui détiendra généralement entre 35 et 45 titres et une exposition géographique qui privlégie les Etats-Unis (55%) et la Chine (35%), dit-il. Je suis plus particulièrement focalisé sur la sélection des titres sur le marché américain, en me limitant à quatre secteurs sur lesquels il existe les plus belles opportunités de croissance pour les prochaines années : la distribution, les services, la technologie et les instruments médicaux. "

Tendances disruptives

TreeTop Global Conviction est plus proche d'un fonds spécialisé sur les moyennes capitalisations, avec une capitalisation moyenne de seulement 13 milliards d'euros pour les sociétés en portefeuille. La valorisation du portefeuille sera relativement élevée en regardant le rapport cours/bénéfice. " Toutefois, en prenant en compte la croissance attendue du chiffre d'affaires, la prime du portefeuille disparaît, souligne encore Andrew Dalrymple. En outre, je préfère les sociétés qui vont réinvestir leur bénéfice dans la progression de l'activité, et je ne considère pas que le dividende constitue un facteur intéressant lorsque j'étudie une opportunité d'investissement. "

Laure Négiar " Notre stratégie n'investit que dans des sociétés où les fonds régionaux sont déjà exposés. " © photos : pg

Le produit va également chercher à s'exposer sur des tendances disruptives majeures, avec six ou sept positions qui vont spécifiquement viser des vainqueurs dans les bouleversements qui s'annoncent, plus spécifiquement avec des sociétés très visibles telles que Visa ou Netflix. " La croissance de Visa est aujourd'hui plus lente mais l'entreprise continue d'atteindre ses objectifs, tandis que Netflix dispose encore d'une réserve importante dans la monétisation de ses clients. " Mais l'exposition sur les moyennes capitalisations se traduit également dans cet accent disruptif avec des noms tels que Dexcom (qui produit des appareils destinés à contrôler en continu le taux de sucre dans le sang) ou Spotify.