Alors que l'année 2019 s'annonçait difficile après la correction enregistrée durant le quatrième trimestre 2018, elle aura finalement été un grand cru pour les investisseurs en actions. Parmi les grandes catégories qui ont dominé les performances, nous retrouvons un " usual suspect " : les valeurs technologiques. Derrière, les actions chinoises et russes ont enregistré des progressions remarquables.
...

Alors que l'année 2019 s'annonçait difficile après la correction enregistrée durant le quatrième trimestre 2018, elle aura finalement été un grand cru pour les investisseurs en actions. Parmi les grandes catégories qui ont dominé les performances, nous retrouvons un " usual suspect " : les valeurs technologiques. Derrière, les actions chinoises et russes ont enregistré des progressions remarquables. Petit point de méthodologie : pour les tableaux repris dans l'article, nous avons arrêté la performance le 20 décembre en prenant les valeurs d'inventaire sur le site de Morningstar. Nous avons repris les parts de capitalisation pour les investisseurs particuliers, libellées en euro (si disponible, sinon en dollar) en éliminant également les produits dont les actifs sont inférieurs à 10 millions d'euros et dont l'historique de performance ne dépasse pas trois ans. Après une fin d'année 2018 désastreuse, les fonds en actions technologiques ont largement dominé les débats en 2019 avec des progressions supérieures à 40% pour la plupart des grands produits commercialisés en Belgique. Le fonds géré par Paul Wick (Threadneedle Global Technology) est arrivé largement en tête du classement, avec une stratégie d'investissement moins axée sur les grands noms du secteur et des groupes tels que Lam Research, Synopsys, Marvell Technologies, Micron ou Teradyne parmi les 10 principales positions du portefeuille. Il s'agit d'un gestionnaire très expérimenté qui gère des fonds sur les valeurs technologiques américaines depuis 1990, avec une surperformance significative par rapport à ses concurrents sur pratiquement toutes les échéances. La seconde place est occupée par le fonds de Fidelity, dont nous avions déjà parlé par le passé en raison du net redressement de la performance observé suite à la nomination de Hyun Ho Sohn à la tête de la stratégie en 2013. Les actifs sous gestion ont progressé pour pratiquement atteindre 5 milliards de dollars, avec une stratégie qui sera beaucoup plus exposée sur l'Asie et l'Europe et des noms tels que Samsung, Alibaba ou SAP parmi les principales positions. Enfin, le trio est complété par BlackRock World Technology, qui affiche également la meilleure performance annualisée sur une période de cinq ans grâce à l'expérimenté Tony Kim (23 ans de carrière) dont la sélection est plus marquée sur le développement du cloud, avec des noms comme Amazon, Servicenow et Salesforce. Les actions chinoises ont dégagé d'excellentes performances sur l'exercice écoulé, que ce soit les produits exposés sur les actions A (Chine domestique), sur la Chine (Chine domestique + Hong Kong) ou sur la Grande Chine (Chine domestique + Hong Kong + Taïwan). Seules les actions de Hong Kong sont restées quelque peu en retrait. Parmi les huit produits dont la performance a dépassé 35%, la composition des portefeuilles permet de constater l'omniprésence de certains titres (à savoir Alibaba, Tencent et Ping An) dans les portefeuilles exposés globalement sur la Chine et, pour les fonds exposés sur le marché domestique, des sociétés moins connues telles que les producteurs de spiritueux Kweichow Moutai et Wuliangye Yibin ou de produits laitiers Inner Mongolia Yili, voire les appareils électroménagers Midea Group. Dans cette catégorie, nous constatons une domination écrasante exercée par l'équipe de JP Morgan Asset Management qui a placé trois produits (sur les actions A, sur la Chine et sur la Grande Chine) dans le classement. " Howard Wang a démontré depuis longtemps son expertise sur ces marchés avec une équipe qui s'est fortement élargie pour compter désormais 13 analystes dédiés, affichant 12 années d'expérience en moyenne ", soulignait récemment Morningstar dans un rapport consacré aux fonds du gestionnaire américain. " La philosophie d'investissement vise les actions disposant de fortes perspectives de croissance à long terme, avec des modèles d'entreprise protégés par des barrières à l'entrée et affichant une forte croissance des flux de trésorerie ", ce qui a poussé le gestionnaire à privilégier historiquement des secteurs comme la technologie, la consommation et les soins de santé. La performance des fonds en actions russes s'explique avant tout par la belle performance des plus grandes capitalisations du marché dans son ensemble. Les meilleures performances ont été réalisées par deux produits " indiciels ", qui ne cherchent pas à prendre des déviations excessives par rapport à l'indice de référence. Le poids des trois principaux groupes russes (Sberbank, Lukoil et Gazprom) représentera ainsi 50% des actifs sous gestion de ces deux produits. A l'inverse, les fonds gérés plus activement (qui doivent donc avoir des pondérations moins importantes sur ces trois groupes) ont réalisé des performances comprises entre 43 et 36% sur l'exercice écoulé. Il s'agit toutefois d'un rattrapage remarquable qui porte la performance des fonds en actions russes au même niveau que les meilleurs fonds technologiques globaux sur les cinq dernières années, soit autour de 18,5% annualisé. Ces produits sont toutefois à éviter pour les investisseurs qui souhaitent limiter leur impact écologique, ces fonds comportant une part très importante de leurs actifs sous gestion dans la production de pétrole, de gaz et de matières premières. Enfin, parmi les autres segments qui ont généralement dégagé de bonnes performances, il faut également citer de nombreux produits exposés sur des valeurs de croissance, que ce soit sur les actions européennes (+ 39% pour Fidelity Funds - European Dynamic Growth ou pour Echiquier Major SRI Growth Europe) ou américaines (+ 39% pour MFS Meridian US Concentrated Growth ou Fidelity Funds - American Growth Fund). Si les fonds en actions russes (fortement exposés sur la production de pétrole et de gaz) ont connu une bonne année, il en fut de même sur la catégorie des produits exposés sur la transition énergétique avec, par exemple, une progression de 42% pour le fonds RobecoSAM Smart Energy, de 33% pour le KBC Eco Fund-Alternative Energy et de 32% pour le BlackRock-Sustainable Energy. Enfin, les fonds exposés plus globalement sur les grandes tendances écologiques se sont également bien comportés, avec des progressions de 39% pour Pictet Global Environmental Opportunities, de 38% pour Nordea 1 - Global Climate and Environment Fund, de 36% pour le BNP Paribas Fund Climate Impact Classic.