Tout sur Bourses

Selon le dernier Baromètre des investisseurs d'ING, les Belges se montrent désormais pessimistes envers la Bourse. Dans ce contexte, ils se ruent vers des actifs comme l'or. Est-ce (encore) intéressant d'investir dans le métal jaune, le bitcoin ou les autres placements alternatifs?

Après une période estivale extrêmement favorable et étonnement calme, les Bourses ont connu une rentrée beaucoup plus chahutée. Les valeurs technologiques américaines ont ponctué une série de records par un plongeon mémorable jeudi dernier.

Le métal jaune a la réputation d'être la valeur refuge par excellence, entièrement décorrélée des marchés. Pourtant, l'once a connu un comportement assez similaire aux Bourses ces six derniers mois. Une tendance qui est loin d'être neuve et témoigne du succès des "trackers" aurifères.

Alors que les Bourses ont déjà effacé l'essentiel des pertes subies durant le krach du premier trimestre, de nombreux investisseurs s'inquiètent du risque d'une bulle. Selon les cycles boursiers historiques, le meilleur reste pourtant à venir.

Instruments hybrides, les obligations convertibles ont vu leur résilience mise sous pression en ce début d'année. Dans un contexte de marché normalisé, elles retrouvent toutefois tous leurs atouts tant en termes de protection que de potentiel.

L'indice Bel 20 sort de son pire trimestre depuis les trois derniers mois de 2008. Cela alors qu'un million et demi de Belges, soucieux de leurs vieux jours, investissent désormais en actions et obligations par le biais des fonds d'épargne-pension. Ces fonds ont-ils résisté à la tempête boursière de ces dernières semaines ?

Les marchés financiers continuent à jouer aux montagnes russes alors que l'évolution de la pandémie de Covid-19 demeure incertaine. En attendant des jours meilleurs, quels placements peuvent vous offrir un peu de répit ?

La volatilité a crevé des plafonds rarement atteints en Bourse. Evidemment, la grande incertitude entourant l'ampleur et la durée de la pandémie de coronavirus provoque une réaction quasiment épidermique des marchés. Les variations de 10% au plus bas/haut connues par Wall Street plusieurs jours de suite interpellent toutefois, d'autant qu'elles ne sont pas toujours en adéquation avec l'actualité. Plusieurs pistes peuvent être avancées pour expliquer ces mouvements d'une rare ampleur.

Les Bourses ont connu un début d'année pour le moins mouvementé entre les tensions en Iran et l'épidémie de Covid-19. Cette hausse de la volatilité peut offrir des opportunités à condition de savoir dans quoi on s'aventure.

Pour de nombreux spécialistes, 2020 sera l'année des dividendes. Entre risques de baisse des coupons et fiscalité, investir dans les actions à rendement élevé réclame toutefois une certaine prudence.

Les marchés d'actions ont connu une excellente année 2019. Aux Etats-Unis, l'indice élargi S&P 500 a bondi de 29%, sa meilleure performance depuis 2013 sur fond d'assouplissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale.

"Plus bas, plus longtemps", l'expression tourne en boucle sur les marchés des taux. Une évolution qui n'est pas sans conséquence en matière d'investissements. Lesquels en souffrent-ils ? Lesquels faut-il privilégier ?

Morningstar recense pas moins de 23.781 fonds de placement pour la Belgique. Face à ce choix pléthorique, comment savoir quel fonds est le mieux indiqué pour vous ? Devez-vous faire aveuglément confiance à votre banquier ? Faut-il se fier aux performances récentes du fonds ?

En un discours, Jerome Powell a rangé le cycle de hausse des taux au placard. De nombreux placements pourraient en être affectés alors que d'autres devraient profiter d'une baisse des taux. L'impact concret sur les marchés dépend toutefois de la confiance des investisseurs, en situation de panique aux Etats-Unis.