Tout sur Euronav

Qui sont les "shorters" ?

Réglementée depuis la crise, la vente à découvert peut parfois plomber un titre. Un phénomène qui suscite la critique de petits investisseurs qui se sentent démunis. Tour d'horizon des positions ces " vautours " : du très ciblé Celyad à l'habitué Nyrstar en passant par Ontex, le plus " shorté ".

L'avenir d'Euronav se joue au Bangladesh

L'exploitant de tankers traverse une passe difficile sur fond de chute des tarifs de fret pétrolier. Il mise toutefois sur un redressement à moyen terme des tarifs en étoffant et en rajeunissant sa flotte. Cette perspective dépend toutefois largement des prix de l'acier.

Euronav : le tanker prend l'eau

Nouvelle séance compliquée pour Euronav ce jeudi qui a vu ses profits trimestriels chuter et a dû admettre que les tarifs de fret pétroliers ont sombré cet été. Les 18 prochains mois s'annoncent extrêmement compliqués pour le spécialiste des tankers pétroliers.

Les 10 tuyaux de KBC Securities pour le second semestre

Dans un contexte agité en raison de la victoire du Brexit, les analystes de KBC Securities ont dressé une sélection d'actions hétéroclite, tant en termes géographique que de secteur d'activité, allant d'Ablynx à Ryanair.

Pourquoi vendre ses titres Euronav

Dopés par la récente chute des cours du brut, les tarifs de fret pétrolier permettent à nouveau à Euronav d'être rentable. Ce redressement risque toutefois d'être de courte durée, les principaux actionnaires actant déjà une partie de leurs bénéfices.

Euronav n'a pas cassé la spirale infernale

Après avoir plus que triplé en moins d'un an grâce à des rachats de supertankers et son projet de cotation aux États-Unis, Euronav est rattrapé par les fondamentaux désastreux du marché du fret pétrolier. Le redressement de la rentabilité est désormais une question de survie.

Euronav dans le rouge, le marché reste faible

Euronav a terminé l'exercice 2011 en essuyant une perte nette de 50,6 millions USD (quatrième trimestre 2010: -17,6 millions USD) sur les trois mois qui se sont clôturés le 31 décembre 2011, soit -1,01 USD par action (quatrième trimestre 2010: -0,35 USD par action).