Tout sur Francfort

Plusieurs entreprises ont chuté en Bourse après la publication de leurs résultats et/ou prévisions. Elles avaient toutes profité du confinement (e-commerce, travail à distance) en 2020 mais ne disposent pas de relais de croissance en période de déconfinement.

La BCE justifie de maintenir une politique monétaire extrêmement accommodante malgré l'accélération de l'inflation.

Après Tesla, Volkswagen profite à son tour de l'engouement des marchés pour les voitures électriques. La transition attendue des moteurs à combustion vers les batteries offre d'autres opportunités.

Alors que les entreprises technologiques dominaient le redressement boursier entamé à la mi-mars, les valeurs cycliques ont repris quelques couleurs ces dernières semaines. Les perspectives restent favorables à la condition de se montrer sélectif.

Les bourses ont de nouveau clôturé dans le rouge jeudi en raison des craintes et conséquences liées au coronavirus. Le Bel 20 a ainsi perdu près de 5% (4,98%). Il s'agit du pire résultat depuis le 24 juin 2016, jour du référendum sur le Brexit. AB InBev un des poids lourds du Bel 20 a perdu 10,97%.

Malgré une dernière séance dans le vert, le Bel 20 a reculé de plus de 18% en 2018, ce qui représente sa pire performance depuis 2011, lorsqu'il avait glissé de 19,2%, et son cinquième plus mauvais bilan annuel depuis sa création en 1991. L'indice vedette de la Bourse de Bruxelles a clôturé la dernière séance de l'année, à 3.243,63 points contre 3.977,88 points fin 2017.