Tout sur FSMA

L'Autorité des services et marchés financiers (FSMA) a mis à jour sa liste de sites web suspects relatifs à des fraudes aux cryptomonnaies. 113 sites sont repris sur la liste de la FSMA qui précise dans un communiqué qu'elle continue de recevoir de nouvelles plaintes de consommateurs ayant donné suite à des offres frauduleuses d'investissement dans les cryptomonnaies.

Les entreprises belges peuvent désormais lever des sommes plus importantes auprès des investisseurs sans devoir rédiger un coûteux prospectus. Pour certains spécialistes, elles devraient ainsi pouvoir récolter deux fois plus d'argent par le biais du "crowdfunding".

Banques, courtiers, gestionnaires d'actifs et autres organismes financiers se prêtent mutuellement, sans arrêt, les actions de fonds et d'ETF. L'investisseur profite-t-il du surcroît de revenu généré? Cela dépend.

Le nombre de plaintes de consommateurs à la suite d'offres d'investissement dans les crypto-monnaies est en augmentation, écrit jeudi l'Autorité des services et marchés financiers (FSMA). Elle met le public en garde contre les plateformes proposant ce type d'investissement, derrière lesquelles peuvent se cacher des fraudeurs.

Le mercredi 16 mai 2018, MoneyTalk a publié un article en ligne intitulé " Celyad dans la tourmente ", signé par Monsieur Cédric Boitte. Cet article a été publié suite à l'annonce d'une levée de fonds entreprise par Celyad.

La FSMA, l'autorité dont l'objet est de surveiller si la législation en vigueur sur les marchés financiers est bien respectée dans notre pays, a annoncé la semaine dernière un règlement transactionnel avec les sociétés d'investissement AvaTrade et iCFD. Celles-ci avaient proposé des produits sans informer les clients sur leurs risques de manière correcte.

Malgré des taux particulièrement peu avantageux, le livret reste très populaire auprès des épargnants. C'est ce que confirme une enquête réalisée auprès de 1.000 personnes par le site Wikifin.be et par la FSMA, l'un des deux "chiens de garde" du secteur financier belge avec la Banque nationale belge.

Les banques essaient de rallier les clients à leur cause à un âge de plus en plus jeune. KBC a récemment lancé une appli pour permettre aux enfants de faire des opérations bancaires via leur smartphone dès onze ans.

L'entreprise américano-néerlandaise Gambitious propose au public d'investir dans la production et le marketing de ses nouveaux jeux et de s'en partager, cinq ans durant, les revenus. Les jeux sont toutefois une industrie à haut risque.