Tout sur Geert Gielens

Dès que les taux commencent à grimper, tout peut très vite s'enchaîner. Selon les économistes, le taux belge à 10 ans ne devrait pas dépasser 1,5 % cette année. Les hausses intermédiaires entraînent toutefois des corrections sur les marchés des actions et des obligations. Mais ce n'est pas tout.

Ces derniers jours, l'euro a gagné du terrain par rapport au dollar américain. "Mais il est difficile de dire combien de temps cela va durer", réagit Geert Gielens, économiste en chef chez Belfius.

L'épargne est en nette baisse. Non pas parce que le Belge devient plus dépensier mais parce que l'épargne ne rapporte plus rien, selon les économistes. Autrement dit, mieux vaut réfléchir à deux fois avant d'utiliser les moyens encore disponibles.

Le taux belge à long terme remonte, mais il ne faut pas espérer que cette augmentation se propage rapidement aux taux d'intérêt sur l'épargne. Selon les économistes en chef des quatre grandes banques belges, le taux d'intérêt sur les livrets d'épargne restera inchangé en 2017. C'est ce que nous apprend une enquête de la rédaction. Pour plus d'intérêts, il faut prendre plus de risque.

Les taux d'intérêt remontent depuis peu. Le taux des obligations d'Etat belges à 10 ans a même été multiplié par quatre en octobre. Quelles sont les conséquences de cette évolution pour l'épargnant, l'investisseur et le consommateur ?

Avec la suppression du billet de 500 euros, nous avons franchi une étape vers la société sans cash. "L'étape logique suivante dans l'évolution des paiements", pense Geert Gielens, économiste en chef chez Belfius. Aux Etats-Unis, les citoyens commencent à épargner davantage et ce n'est pas une bonne nouvelle pour nous.