Tout sur immobilier

Les bonnes affaires ne manquent pas sur le marché immobilier français en ce moment. Mais les nouvelles règles d'imposition sur les plus-values, entrées en application le 1er septembre 2013 dans l'Hexagone - applicables aux étrangers également -, peuvent faire déchanter les candidats-acquéreurs belges d'une résidence secondaire française à titre de placement en vue d'une revente à court terme.

La demande d'emplacements de parking en ville augmentant sous l'effet de la croissance démographique et de celle du nombre de ménages, pourquoi ne pas investir dans les parkings de rotation, couverts et loués à l'heure dans des bâtiments conçus à cet effet dans les grandes villes belges ?

Avant même d'envisager une acquisition, une construction ou une rénovation immobilière, mieux vaut déterminer le montant que vous êtes en mesure d'emprunter. C'est le seul moyen de ne pas compromettre votre style de vie et votre situation financière.

Le marché immobilier belge avait bien résisté à la crise économique et financière. L'an dernier cependant, les prix en termes réels de la plupart des segments ont reculé. Pas de panique pour autant, pour cette année, de nombreux spécialistes n'envisagent pas d'effondrement du marché.

L'analyse des données du premier semestre communiquées par le SPF Economie permet de dire que le marché de la brique national ne se porte pas si mal : si le nombre de transactions a chuté, les prix immobiliers restent stables. Sans nul doute, certains constats et prévisions alarmistes (surévaluation de notre marché résidentiel, baisse des prix immobiliers prétendue inéluctable, bonus logement moins intéressant en 2014...) ont contribué à éroder la confiance des candidats-acheteurs. Pourtant, il vaut toujours la peine d'acquérir un bien immobilier.

Il peut arriver que l'on se rende compte, après l'achat d'un bien immobilier, qu'il a plus de défauts qu'on ne le pensait. Dans un tel cas, pouvez-vous exiger du vendeur qu'il vous dédommage ? Ou pouvez-vous carrément faire annuler la vente ?

Pour un dirigeant d'entreprise, il est fiscalement avantageux de louer une partie de son habitation à sa propre société. A condition, toutefois, de respecter les limites prévues.

Lorsqu'un chef d'entreprise vend un immeuble à sa société, il consent souvent à celle-ci un délai de paiement, car les liquidités ne sont pas toujours au rendez-vous. Le prix de vente est inscrit au compte courant, dont le solde recule progressivement à mesure que le règlement progresse.