Tout sur Italie

Les investisseurs, devenus un peu plus nerveux ces derniers temps sur les marchés obligataires et les marchés boursiers, semblent avoir redécouvert les vertus du lingot. L'once d'or qui n'avait cessé de perdre des plumes depuis le printemps, a regagné des couleurs ces trois dernières semaines. Le métal jeune est revenu aux alentours des 1.230 dollars l'once (une hausse de 3 % environ sur une dizaine de jours), un niveau qui n'avait plus été atteint depuis le mois de juillet dernier.

Les remontrances de la Commission européenne envers le budget italien ont de nouveau fait s'envoler les taux italiens. Le surcoût pour les finances du pays est au plus haut depuis la crise des dettes souveraines alors que Standard & Poor's et Moody's menacent également de sanctionner l'Italie.

Si vous visez des rendements immobiliers spectaculaires, l'Italie n'est pas forcément la destination indiquée. Selon Ronald de Rooy, de chez ItaliaCasa, les raisons qui poussent les étrangers à investir dans une seconde résidence dans la péninsule sont avant tout la certitude d'acquérir une valeur sûre et la passion pour le pays.

Bien que les marchés soient encore alimentés et dynamisés par des nouvelles économiques positives, l'investisseur a intérêt à utiliser la période des vacances pour préparer son portefeuille à la seconde partie de l'année, estime Marc Danneels, Chief Investment Officer chez Beobank.

Les épaules d'Emmanuel Macron portent de grandes attentes. Il vient à peine d'être élu président de la France qu'il est déjà salué comme le sauveur de l'Europe. Mais un peu de prudence est de mise vis-à-vis de ces attentes élevées, estime Lucy O'Carroll, chief economist chez Aberdeen Asset Management.

L'Italie exerce une force d'attraction spéciale sur les Belges. Chaque année, ils sont nombreux à se laisser séduire par la douceur du climat, les paysages pittoresques et les bons petits plats. Certains choisissent même d'y élire domicile pour de bon.