Tout sur taux

Les taux d'intérêt extrêmement bas ces derniers temps ont un effet remarquable pour certaines personnes qui ont contracté un crédit hypothécaire à taux variable entre 2006 et 2011. Si la révision du taux intervient maintenant, leur emprunt peut bénéficier pour la période suivante d'un taux négatif. Autrement dit, ces chanceux ont emprunté de l'argent à la banque et ils seront pour cela payés tous les mois. Pour les nouveaux emprunts hypothécaires, cela n'est plus possible.

Selon Peter De Keyzer, économiste en chef chez BNP Paribas Fortis, les épargnants regardent surtout le taux nominal et non le taux réel. "En 2011, le taux de l'épargne était beaucoup plus élevé qu'aujourd'hui, mais l'inflation était plus forte. L'épargnant perdait donc à peu près 1% de pouvoir d'achat sur base annuelle."

La BCE marche dans un sens et la Fed dans l'autre. Nous en supporterons tous les conséquences. "On assistera en 2016 à une baisse du taux de l'épargne et à une hausse du taux hypothécaire", prévoit Peter Vanden Houte, économiste en chef d'ING Belgique.