Tout sur Wall Street

Après une période chahutée par le conflit en Ukraine, l'inflation, les taux d'intérêt et les prix de l'énergie, les Bourses ont nettement rebondi la semaine dernière. Wall Street a même signé sa meilleure semaine depuis novembre 2020.

Netflix a connu un véritable vendredi noir. Le titre a sombré de près de 22%, sa pire chute depuis 2012, une autre époque pour le groupe qui n'était alors pas encore actif chez nous.

Cette dernière décennie, la devise de ceux et celles qui désiraient faire les bons choix en matière d'épargne et d'investissements était la suivante : ne jamais aller contre la volonté des banques centrales, car elles dominent les marchés financiers. Cette devise restera d'actualité au cours des prochaines années.

Le réseau social américain Twitter bondissait à Wall Street jeudi, entraîné par des résultats trimestriels solides qui compensaient la nouvelle baisse du nombre de ses abonnés, due entre autres au grand ménage engagé par la plateforme pour se débarrasser des utilisateurs douteux.

Les marchés financiers mondiaux ont traversé une semaine particulièrement difficile. La principale question taraudant les investisseurs est s'il faut y voir un simple accident de parcours ou le début d'un marché baissier qui se fait attendre depuis plusieurs années.

De plus en plus d'indicateurs virent à l'orange, voire au rouge, pour les marchés boursiers. Ils pointent tous vers une chute d'au moins 20% au cours des 2 prochaines années mais l'alignement de signaux est tel qu'il semble trop évident pour être vrai!

Le géant à la pomme apparaît complétement déconnecté de ses problèmes, qu'il s'agisse d'un problème de conception, de l'évolution du marché des smartphones ou de la perte de vitesse de son appareil phare, l'iPhone. La réforme fiscale aux États-Unis lui offre un peu de répit mais gare à ne pas payer trop cher une croissance hypothétique.

Le Sénat américain a voté un budget provisoire et a ainsi mis fin au shutdown qui commençait à paralyser les administrations fédérales aux États-Unis. Historiquement, cela constitue une excellente opportunité d'investissement...

Cela fait désormais 102 mois que la Bourse américaine progresse de façon ininterrompue, une série qui s'approche de la fin selon les stratégistes de HSBC, Société Générale, Citigroup ou Morgan Stanley.

Les marchés ont à nouveau basculé dans l'euphorie selon Robert Shiller, les investisseurs plébiscitant la politique de Donald Trump en ignorant complétement les nombreux risques qui y sont associés. Une quête d'une nouvelle ère économique qui n'est pas sans rappeler l'envolée des Bourses à la fin des années 90.