"Ca donnerait plus de flexibilité (aux entreprises NDLR) et économiserait de l'argent. J'ai demandé à la SEC d'étudier" cette proposition, enchaîne le locataire de la Maison Blanche, qui relance ainsi le débat sur une question devenue un vieux serpent de la mer dans les milieux d'affaires et financiers.

Les partisans de la suppression des résultats trimestriels estiment que ces rapports d'étape censés fournir un carnet de santé d'une entreprise à un moment donné mettent beaucoup de pression sur elles à court terme au détriment de la performance à long terme. Ils ajoutent qu'il faut du temps pour que des investissements effectués par une entreprise produisent leurs fruits. Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan Chase et patron de la principale organisation patronale américaine, et le milliardaire Warren Buffett, avaient plaidé en début d'année, dans une tribune au Wall Street Journal, pour la suppression des prévisions trimestrielles jugeant qu'elles n'encourageaient pas à investir sur le long terme.

Ils avaient toutefois rappelé que les résultats trimestriels faisaient partie de l'exigence de transparence nécessaire pour la confiance des marchés car ils représentent une fenêtre sur l'activité d'une entreprise pour les investisseurs et le grand public. Pour les entreprises de taille moyenne, la publication des résultats trimestriels est souvent un moyen de capter l'attention de la communauté financière.