La vente de médicaments reste en Belgique un droit exclusif des pharmaciens, mais un changement est en vue pour les dispositifs d'aide médicale. L'interdiction de vendre entre autres des pansements stériles, des prothèses, des gouttes nasales et des autotests dans les magasins et autres supermarchés va à l'encontre de la libre circulation des biens selon les règles européennes.

La ministre de la Santé Maggie De Block a dès lors oeuvré à un arrêté royal qui autorise ces ventes. Comeos s'en félicite, soulignant que le règles en vigueur en Belgique étaient trop complexes. La mesure est "une bonne chose pour les consommateurs", selon M. Michel. "En France, les prix sont 20 à 30% moins élevés en supermarché qu'en pharmacie."