Tout employeur est légalement obligé de souscrire une assurance accident de travail pour ses collaborateurs. Cette assurance rembourse les dégâts consécutifs à un accident survenu sur le lieu de travail, mais également sur le chemin du travail, à vélo ou non.

Si vous vous rendez au travail à vélo et que vous chutez, il s'agit assurément d'un accident de travail, même si vous ne recevez pas d'indemnité vélo de la part de votre employeur. Ce qui est couvert par l'assurance accident de travail de votre employeur, ce sont les dommages corporels, comme les soins chez le docteur et une hospitalisation ainsi que l'éventuelle incapacité de travail consécutive à l'accident. Sachez que les dégâts matériels à votre vélo et vos vêtements ne sont pas pris en charge par l'assureur de votre employeur. C'est vous qui devrez payer pour la réparation de ces dégâts, à moins que l'accident et les dommages aient été provoqués par une autre partie, par exemple le conducteur d'une voiture qui n'a pas respecté une priorité.

Dans certains cas, l'assurance accident du travail peut faire des difficultés si elle émet un doute quant au fait que l'accident a bien eu lieu sur le chemin vers le travail ou en revenant du travail, et considère par exemple qu'il a eu lieu lors d'une activité de loisirs. Pour éviter cela, veillez à rassembler autant de preuves que possible. Pensez par exemple aux déclarations de témoins ayant assisté à la scène et pouvant confirmer le lieu et l'heure de l'accident. Veillez aussi à vous rendre rapidement chez le médecin et à lui demander un certificat médical, surtout si vous étiez sur le chemin du retour. L'idéal est de consulter le médecin dès le jour de l'accident ou le lendemain. De cette manière, vous disposerez d'une preuve que les dégâts corporels résultent bien de la chute à vélo.