Les fonds durables représentent désormais 22,1% des montants investis par les particuliers belges dans les fonds d'investissement contre moins de 15% un an plus tôt. Cette forte croissance résulte d'une offre plus importante avec 514 produits d'investissement durables sur le marché belge, quasiment le double de 2016.
...

Les fonds durables représentent désormais 22,1% des montants investis par les particuliers belges dans les fonds d'investissement contre moins de 15% un an plus tôt. Cette forte croissance résulte d'une offre plus importante avec 514 produits d'investissement durables sur le marché belge, quasiment le double de 2016. Le rapport épingle aussi l'impact favorable de la norme de durabilité Towards Sustainability lancée par la Fédération belge du secteur financier en novembre 2019. La progression des investissements durables devrait donc se confirmer en 2020. D'autant plus que les fonds durables ont globalement livré de meilleures performances que la moyenne durant la crise (31 janvier- 31 mars) selon une enquête de la société de services financiers Refinitiv Lipper. Les fonds durables ont notamment profité de l'exclusion ou de la sous-pondération de secteurs en difficulté comme le tabac ou le pétrole. Et les perspectives restent assez favorables pour les fonds durables, traditionnellement plus investis en valeurs technologiques et moins exposés à de futures taxes carbone. L'autre bonne nouvelle pour les investisseurs souhaitant faire rimer rentabilité et durabilité est la baisse des frais des fonds responsables, autrefois sensiblement supérieurs à la moyenne. La concurrence et les fonds indiciels durables ont permis de réduire les frais. Selon Morningstar, 23% des fonds responsables lancés en 2019 étaient dans les 10% les moins chers de leur catégorie en termes de coûts.